Accueil > ACTUALITES > Nouvelles aires protégées

Nouvelles aires protégées

samedi 8 juin 2013, par RIFFEAC / IT

La synthèse des rapports nationaux sur la gestion des aires protégées a contribué à ajuster le nombre d’aires protégées en particulier avec la création de nouvelles aires protégées en 2012 comme suit :

Cameroun

Le réseau actuel des aires protégées du régime de la faune comprend : 18 Parcs nationaux, 06 Réserves de faune, 04 Sanctuaires de faune, 03 Jardins zoologiques, 46 Zones d’intérêt cynégétiques, 23 Zones d’intérêt cynégétique à gestion communautaire.

Trois dossiers de classement des aires protégées ont été finalisés et transmis aux services du Premier Ministre à savoir : le parc marin de Kribi-Campo, le parc national de la Mefou et l’extension du Parc national de Deng Deng.

Le processus est en cours pour les sites suivantes : Tchabal Mbabo, Ndongoré, Mont Bamboutos, changement de statut de la réserve de Kimbi en parc national de Kimbi Nyos, changement de statut et extension de la réserve de faune de Douala Edéa en parc national, le jardin zoologique de Bertoua, le jardin zoologique de Ngaoundéré, le jardin zoologique d’Ebolowa et le parc national de Ma Mbed Mbed.

D’autres dossiers de classement ont été transmis à la primature depuis 2011, il s’agit du parc national d’Ebo, du parc national de Kom et la réserve écologique intégrale de Koupé.

Gabon

Aucune aire protégée n’a été créée en 2012. A ce jour le Gabon compte 13 parcs nationaux, une (1) réserve présidentielle (Wonga Wongué) ; et d’autres catégories d’aires protégées. La forêt classée de la Mondah est désormais appelée arboretum Raponda Walker. Cependant les activités ci-après menées en 2012 contribuent à l’évolution du nombre d’aires protégées au Gabon :

Le re-zonage du complexe d’aires protégées de Gamba : Au niveau de l’augmentation des aires protégées, le processus de re-zonage du complexe d’aires protégées de Gamba a été lancé et se poursuit. Ce processus a été réalisé de manière participative avec l’appui de l’ensemble des partenaires. Les modifications apportées ne seront rendues publiques qu’après la validation et l’élaboration du décret y relatif.

L’Arboretum Raponda Walker : un arboretum de 2000 hectares a été créé dans la forêt classée de la Mondah, dans lequel seront développés plusieurs projets de développement.

Le programme « Gabon Bleu » : ce programme est en cours de lancement constitue un réel espoir et un motif de fierté devant à terme contribuer à l’augmentation de la superficie des aires protégées marines du Gabon.

La superficie totale des aires protégées du Gabon est de 3 617 038 hectares dont 2 467 131 hectares pour les parcs nationaux. La superficie des parcs marins est estimée à 97 163 hectares. Les autres catégories d’aires protégées représentent 1 149 907 hectares. Le pourcentage de couverture du territoire par les aires protégées est estimé à prêt de 14% dont environ 11% pour les parcs nationaux.

Les sites RAPAC à ce jour sont les parcs de la Lopé et celui de Mayumba. Le parc de la Lopé est classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Quant au parc national de Mayumba qui est frontalier au parc de Conkouati, les activités sont d’une part réalisées dans le cadre du projet ECOFAC et d’autre part, par l’ANPN dans ses missions régaliennes.

Congo

Les aires protégées du Congo comprennent : Parcs nationaux (4), Réserves de faune (5), Réserve de Biosphère (1), Réserve communautaire (1), Domaines de chasse (2) et Sanctuaires (3).

Une nouvelle aire protégée dénommée Parc National Ntokou Pikounda (PNNP), d’une superficie de 427.600ha a été créée en 2012, ainsi que l’inscription du TNS sur la liste du Patrimoine Mondial. Par cette inscription, le Congo, le Cameroun et la RCA ont confirmé l’option selon laquelle la coopération entre Etats membres de la COMIFAC est indispensable à la protection et à la préservation de tout élément du patrimoine humain ayant une valeur universelle exceptionnelle.

Des efforts ont été aussi déployés dans la finalisation du processus de classement d’une nouvelle Zone d’Intérêt Cynégétique (ZIC) à Yengo au nord du pays et l’actualisation des études multisectorielles dans le cadre de la création d’une nouvelle aire dans les Plateaux Batékés à la frontière sud-ouest avec le Gabon .

Les études multisectorielles réalisées depuis 2006 en vue de la création d’un nouveau parc national qui portera l’appellation de Parc National Ogoué-Lékéti ont été réactualisées. Elles seront validées en 2013 et serviront de base pour le déclenchement du processus de classement et de création de ce futur parc à brève échéance.

Le pays compte actuellement 16 aires protégées d’une superficie totale 4.083.000 ha soit 11,7% du territoire national.

Tchad

Le Tchad dispose de : Parcs nationaux (3), Réserves de faune (7), Réserve de Biosphère (1), Sites Ramsar (4), Domaines de chasse (4), Site du patrimoine mondial (1).

Les Aires Protégées couvrent une superficie totale de 22 229 088 hectares, passant ainsi de 12/% à17, 31% du territoire nationale avec la prise en compte des zones de chasse amodiées et les zones humides.

République démocratique du Congo

Elle compte 7 parcs nationaux et 63 réserves apparentées dont 5 Sites du Patrimoine Mondial, 3 Sites Ramsar, 7 Sites Pilotes RAPAC, 5 Sites MIKE, 7 Jardins botaniques et zoologiques. L’extension du réseau des Aires Protégées est passée de 13 à 17% par la création de nouvelles Aires Protégées.
La création du Parc National de la Lomami est en cours avec l’appui du Projet Tshuapa-Lomami-Lualaba (TL2).

On note aussi l’intégration effective des 4 Jardins Zoologiques et 5 Jardins Botaniques au sein du réseau des Aires Protégées de la RDC.

Guinée Equatoriale

La loi N0 4/2.000 a créé le Système National des Aires Protégées en Guinée Équatoriale, qui comprend un total de 13 aires protégées, avec une superficie totale de 586.00 ha, ce qui représente 18,5% de la superficie totale du pays.

République Centrafricaine

La RCA dispose de 15 aires protégées classiques dont la gestion bénéficie de l’appui de projets de conservation. Elles couvrent 11% du territoire national.

São-Tomé et Principe

Les Aires Protégées de São-Tomé et de Príncipe sont composées par deux zones, une zone dans l’île de São-Tomé avec une surface de 21.100 ha (211 km²) et un autre sur l’île de Principe, avec 8.400 ha (84 km²), plus le 23 ha d’Îles Tinhosas, que totalise 84,23 km² de superficie (près de la moitié de l’île). Ce qui représente 30% du territoire national.

L’Île Tinhosas à Principe avec une superficie de 23 ha, protège une centaines d’oiseaux marins. Elle est inscrite comme Site RAMSAR dont le processus d’officialisation est en cours au niveau national et international.

L’île de Principe a été inscrite dans le cadre du MAB & Biosphère de l’Unesco.

NOS PARTENAIRES
COMIFAC CBFF  CDB  OIBT   JICA  Agence Française de Développement  GIZ   Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo
U.S. Forest Service  Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’agriculture  Belgium Development Coorporation  Cooperation Suisse  Université de LAVAL   CERFO

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | © Copyright 2017 RIFFEAC. All rights reserved.
Visiteur(s) : En ligne : 1 Aujourd'hui : 1 Total : 93624

Habillage visuel © Kozlika sous Licence GPL